Des Rencontres

Rencontre N°1 – Jean / Viticulteur Bio

C’est là le premier article que je vous propose. Vous pourrez suivre dans cette section de mon site mes rencontres. J’irai à la découverte d’Alsaciens, d’amoureux de notre région, de sa terre et de sa culture.

Je vais vous dresser le portrait de ces acteurs régionaux, vous parler de leur passion, de leur métier et vous retranscrire nos jeux de questions / réponses.

Jean

Localisation : Scherwiller / Bas-Rhin
Passionné : Jean

C’est par un bel après-midi du mois d’avril que je me rends à la rencontre de Jean. Jeune viticulteur de 28 ans, il travaille avec son père à Scherwiller au cœur de leurs 18 Ha de vignes et 6 Ha vergers. Car oui, vous le découvrirez plus bas, il aime la nature, l’environnement et mise sur le respect des écosystèmes.

J’ai été agréablement surpris de découvrir Jean. Je savais déjà qu’il était passionné par son métier mais j’étais loin de m’imaginer l’amour qu’il porte à l’environnement, avec quelle passion il défend des valeurs trop longtemps mises de côtés. Respect, nature, écoute, environnement, écosystème ! Ces mots me parlent et ces mots lui parlent. Bref, un après-midi placé sous le signe de la bonne entente.

Jean

Jean a voulu se former convenablement, étudier tout ce qu’il pouvait mais il continue son apprentissage au quotidien, car on se forme chaque jour, on ne reste pas sur ses acquis et c’est ce qui le passionne. Après un Bac S Spé Bio il décide de poursuivre ses études en droit à Strasbourg mais, très vite, l’appel de ses vignes lui revient. Il décide alors de changer de cap, passer un BTS en viticulture et enchaîner avec un diplôme d’Ingénieur en Sciences de la Viticulture et de l’Œnologie.

Fort de théorie il décide d’appliquer ses savoirs et parcourt la France et l’étranger pour se former et découvrir d’autres façons de faire. Saint Emilion, Afrique du Sud, Nouvelle Zélande, Champagne, Suisse et forcément l’Alsace le forment et lui font découvrir d’autres passionnés.

Quand plusieurs amoureux de leur métier et de leur terroir se rencontrent ça colle de suite. Il est comme ça Jean, il aime le partage, les discussions et les découvertes. Chaque voyage fut pour lui l’occasion d’apprendre, de travailler, de découvrir. C’est donc fort de ses expériences qu’il rentre en terre alsacienne et décide de travailler entièrement avec son père, lui-même passionné par son métier. Un homme que j’ai été ravi de rencontrer et avec qui j’ai pu échanger facilement. Une filiation qui fonctionne à merveille !

Vous me direz, pourquoi faire un article sur un viticulteur ? Parce que, en plus de faire du Bio, Jean et son père s’engagent au quotidien pour la préservation de l’environnement. Comme Jean le dit lui-même : « Si tu arroses tes vignes de pesticides tu tues le sol, notre Terre à tous, tu te tires une balle dans le pied ! » et c’est fort de ces intentions qu’ils font plus que du Bio, ils ne se contentent pas des minimas et sont certifiés Bourgeon Bio Suisse et en route pour la certification Demeter! Avec un cahier des charges strict, un écosystème complexe, il met du cœur à l’ouvrage pour produire un vin de qualité au niveau de ses exigences.

Vergers

Vignes

Tout est pensé à long terme, jusque dans leur local de stockage pour leurs machines. Murs en bois issus de forêts éthiques & responsables, panneaux photovoltaïques, aération naturelle par des espacements calculés entre les panneaux en bois. Machines placées dans une pièce à part l’hiver pour éviter d’injecter des produits nocifs pour le dégel. Du long terme, des bonnes questions et du coup, de bonnes réponses, oui !

5

En avant pour la session Questions / Réponses avec Jean

Le Barbu : Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier ?

Jean : Etre dehors au contact de la nature. Tirer le meilleur de ce qui m’entoure. C’est un travail physique mais je ressens comme un retour de mes vignes car j’ai l’impression d’avoir fait quelque chose de bon. Je suis très attaché à cette relation avec mon environnement.

Le Barbu : Pourquoi la vigne ?

Jean : Comme je le disais j’y suis très attaché et en plus je travaille en famille. Je suis bercé depuis mon plus jeune âge par ce métier. C‘est un produit qui a une vie, qui a des choses à raconter. Il faut être rigoureux et s’adapter à la vigne et non l’inverse ! J’avais à cœur de reprendre le flambeau familial, poursuivre le travail de mes grands-parents et de de mon père. Poursuivre ce qu’ils ont construit est une fierté. C’est un patrimoine viticole et je me sens concerné par cette tradition. Je pense chaque jour à des actions à long terme. On ne peut pas travailler la vigne en pensant à un résultat rapide. La vigne vit, il faut la laisser vivre.

Le Barbu : Crois-tu que les gens doivent-être plus proches de la Terre, être plus attentifs aux ressources de notre planète ?

Jean : On n’aura pas le choix. On n’a déjà plus le choix sinon on ne pourra pas continuer ce que nous faisons. On tue notre sol, on tue notre eau aujourd’hui. Ça doit changer, ce sont tous les acteurs qui doivent prendre conscience de l’endroit où l’on vit !

Le Barbu : Pourquoi avoir choisi le Bio ?

Jean : Au cours de mes voyages et dégustations les vins Bio figuraient systématiquement parmi les meilleurs. De plus, c’est une politique familiale, on se sent tous concernés par l’environnement. Mon père comme moi-même. Aujourd’hui il y a de la vie dans nos vignes et nous sommes heureux de voir nos vignes vivre.

Le Barbu : Est-ce que selon toi ce type de culture apporte quelque chose de bénéfique aux consommateurs ?

Jean : Je vais te répondre en deux parties. Vis-à-vis du produit, nous avons fait le choix de trouver un équilibre dans nos vignes, nous les sollicitons moins et, du coup, les rendements sont plus faibles. Tu ressens au goût que c’est un produit respectueux de l’environnement. Pour l’environnement, on cherche à pérenniser notre sol, nos futures générations ne doivent pas payer le prix de nos erreurs. Je pars chaque jour serein au travail !

Le Barbu : Que penses-tu des dernières discussions autour du Bio en France et notamment des subventions qui seraient amenées à diminuer ?

Jean : Le jour où il y aura moins de Bio, l’Etat sera gagnant puisque les subventions auront diminué mais cela restera un gain à court terme. L’argent alors gagné devra être dépensé plus tard notamment en terme de santé car les pesticides affectent le corps humain. Le Bio contribue à une meilleure santé puisque de par sa définition, cette culture fait le choix du respect de l’environnement sur le long terme. Le consommateur étant le destinataire final, voit sa santé conservée. C’est pourquoi je suis persuadé que le Bio se fera sa place naturellement.

Le Barbu : Vous produisez quels types de vins ?

Jean : 40 % de crémant / 55% de blanc sur les 7 cépages dont un grand cru et 5% de pinot noir

Le Barbu : Est-ce que les sols de vos terres ont des particularités propres à la culture de la vigne ?

Jean : Aujourd’hui on choisit plusieurs localités pour avoir une large gamme de sols et du coup une large gamme de vins. Granite, schiste, grès… On met de plus en plus en avant la localité, c’est moins compliqué que de ne jouer que sur le cépage car c’est notre sol qui fait la richesse de notre vin.

Le Barbu : Tu as des évolutions en tête pour votre entreprise familiale ?

Jean : Oui, la production de notre propre vin pour faire découvrir notre travail au public car aujourd’hui nous passons par une coopérative mais nous voulons mettre en avant notre travail, nos engagements. Il y aura également un site Internet et une page Facebook qui verront le jour.

Par ailleurs, avec des amis, nous avons créé un collectif qui s’appelle « Verres de Terre ». Nous voulons impliquer les salariés viticoles, les former. Nous organisons des rencontres les soirs ou les samedis avec notamment un apiculteur, une potière et un producteur de semences. Nous voulons partager les savoirs !

Le Barbu : Tu as un message à faire passer ?

Jean : Il faut être à l’écoute de ce qui nous entoure ce serait dommage de gâcher ce que la nature a mis des millions d’années à créer et qu’elle nous offre aujourd’hui.

Jean

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s