Articles

Philosophies de Vie Véganisme & Cuisine

C’est par une nuit blanche que je commence ces lignes; longue nuit entre cuisine et blogging. Je vous rassure de suite, je ne vais pas écrire un roman sur ces philosophies de vie, tout du moins uniquement ma conception de ce mode de vie et d’alimentation.

IMG_1016

Je voulais des lignes simples, poussant à la réflexion sans pour autant pointer du doigt qui que ce soit. Vous écrire ce que je ressens et le partager avec vous, voilà l’objectif secret de cet article. Je vais vous parler du véganisme, ce qu’il m’apporte et ce que j’apporte en ayant fait ce choix. Bien entendu les lignes ci-dessous représentent mon point de vue et en aucun cas ne sert à « recruter du vegan ». Et, puisque vous êtes sur un blog avant tout culinaire, je vais également écrire quelques lignes sur la cuisine du végétale.

Tout d’abord ; pourquoi ce titre d’article ?

Je voulais un élément accrocheur certes mais surtout représentatif de ce que je ressens étant vegan voilà pourquoi j’ai choisi le terme « vie » accolé à celui de « philosophie » car oui, pour moi faire le pari du véganisme c’est jouer au jeu de la vie et non au jeu de la mort.

Philosophie du veganisme

Oui je sais, en voilà un bien grand mot ; la mort. Pour autant il ne faut pas se voiler la face, le plat que vous avez devant vous est soit synonyme de vie soit de mort.

Pendant longtemps, j’ai été omnivore comme bien des végétariens et végétaliens mais, j’ai eu ma prise de conscience. Des recherches, des tests en cuisine (car elle est depuis très longtemps ma passion et je ne voulais pas que cela change) et encore des lectures m’ont fait comprendre que je me voilais la face ! Je n’ai jamais, auparavant, considéré certains ingrédients, produits comme des animaux mais uniquement comme une source de plaisir gustatif. Là était mon tort. Une vision flouée par des années et des années de breuvage publicitaires intensifs où l’on nous montre ce que nous, consommateurs, voulons uniquement bien voir.

Au fil de mes recherches et lectures je me suis forcément posé des questions comme celle des animaux de compagnies et de mes repas. J’avais lu (ne me demandez plus où…) la question que posait une personnalité public et que je vais retranscrire de mémoire et donc à ma façon (désolé ce ne sera pas au mot près) :

Comment pouvez-vous caresser votre chien en rentrant chez vous le soir et, 20 minutes après, manger un autre animal ?

Et oui, révélation… Qu’est-ce qui différencie mon chien adoré, gâté, câliné d’une vache, d’un poulet, d’un poisson et j’en passe ? Rien bien évidemment ! Alors pourquoi continuer d’en manger ? Et bien j’ai cessé, tout simplement et je dois bien l’avouer… Rien de ce que je mangeais avant ne me manque aujourd’hui !

J’ai encore en tête la remarque que ma fait un ami un soir de sortie où je lui avais appris depuis peu mon changement de mode d’alimentation. Il m’a forcément demandé ce que je mangeais depuis et surtout pourquoi j’avais pris ce virage et fais ce choix. Je m’en vais donc lui expliquer mes recherches : lectures, vidéos, tests en cuisine… Je commence donc à lui raconter certaines choses bien cachés aux consommateurs et pan, réponse : « Nan mais je préfère ne pas savoir ». Il est certain qu’une fois que l’on sait, que l’on s’est documenté, il ne reste que deux options :

– Je sais mais je cautionne
– Je sais et je fais ce qu’il faut pour, à mon échelle, changer les choses et faire évoluer les consciences tout en commençant par moi.

Vous l’aurez compris, le dernier tiret fut mon choix !

Il y a ce sentiment de culpabilité inconscient, cette peur d’être par la suite perdu si l’on fait ce choix d’alimentation, peur des carences, du prix des aliments… Toutes ces peurs se balayent très vites une fois que l’on prend conscience des enjeux et que l’on remarque qu’elles sont infondées et bien souvent extrapolées.

Je parle d’enjeux car oui, des enjeux sont bien présents dans ce changement de vie. Nos dirigeants font des réunions, organisent des COP, des conférences par-ci et par-là à coût de miles en avions et en cortèges de voitures blindées mais est-ce que l’on se pose vraiment les bonnes questions ?

Quels est le premier secteur polluant sur Terre ? Combien de litres d’eau coûtent la préparation d’un kilo de viande ? Tandis qu’en Californie (pour prendre un exemple) les années de sécheresses s’accumulent, les habitants ne prennent qu’une à deux douches par semaine mais font ventre plein de viande dans leur frigo… Y’a pas comme un problème dans l’énoncé ? Comme une sorte d’hypocrisie stagnante ?

vegan-planet-good

Je vais prendre encore un exemple. Nous sommes fin 2015, après des siècles et des siècles d’évolution l’Homme est capable de construire des gratte-ciel de près d’1 km de haut. Il est capable d’assembler et de vivre quelques mois dans une station en orbite terrestre, il est capable de voler, d’explorer les fonds marins, on a compris que E=MC2, on comprend des théories quantiques, on comprend qu’on est insignifiant face à l’Univers mais l’Homme n’a pas encore compris qu’il vit sur une planète. Pas sur deux, ni sur trois. Sur UNE planète ! De même chaque habitant de cette planète n’a t il pas le droit à la vie ?

Car oui, la vie est quelque chose que l’on prend au sérieux pour nous humains, pour nos animaux de compagnies mais que l’on se refuse à voir comme un droit pour bon nombre d’animaux sur Terre. Pourquoi ? Pourquoi mon chien à le droit de vie, pourquoi votre chat à le droit de vie alors même qu’en ce moment des milliers d’autres animaux sont massacrés. Et pour quoi ?

Se nourrir ?

Se vêtir ?

Se soigner ?

Vegan

Bien entendu tout n’est pas noir ou gris. La vie, la nature et l’Homme regorgent de beautés qui valent le coup que l’on se batte pour elles ! C’est mon choix oui et je l’assume à merveille chaque jour.

Encore une fois, je ne cherche pas à « convertir », ce ne sont que mes pensées, reflet de ce que je ressens aujourd’hui c’est-à-dire quelqu’un de libre et heureux dans sa vie. Je ne dis pas qu’avant le veganisme j’étais triste et déprimé mais, aujourd’hui, je vois la vie sous un autre angle.

Comme je le disais plus haut, la cuisine a toujours été une réelle passion dans ma vie, elle tient une place importante car c’est par elle que se partage des émotions, que se font des rencontres, que se parlent les gens. Quand on aime cuisiner, on aime partager et partant de ce principe, on cuisinera avec amour. Ne dit-on pas justement d’un plat, lorsqu’il est délicieux, qu’il a été préparé avec amour ?

Kitchen

Philosophie de la cuisine du végétale

La cuisine du végétale est une cuisine vivante, belle, riche, colorée et remplie de saveurs. Lorsque j’ouvre mon frigo je vois du vert, du rouge, de l’orange, du violet, du jaune. Je compare mon frigo à un poumon et j’ai de la chance ! Pour certain leur frigo sont loin de ressembler à cela mais les temps changent, les mentalités évoluent et les prises de consciences avec.

La cuisine vegan souffre de bien des maux. On l’accuse d’être morne, répétitive, de tendre à la dépression, d’être hors de prix et c’est bien connu, les vegan ne mangent que des graines, du tofu et quand c’est jour de fête : des légumes vapeur avec de l’huile d’olive. Et bien oui, de l’huile d’olive, c’est jour de fête non ? C’est tout le contraire justement !

Je pense que ces stéréotypes s’effacent de plus en plus rapidement. Nous avons la chance d’avoir des bloggeuses et bloggeurs qui font des merveilles et qui inspirent nombre de lecteurs dans leur cuisine au quotidien. Le net fourmille de pléthore d’artistes et créateurs vegan qui publient même des livres de cuisine alors… Inspirez-vous en et, si vous n’êtes pas convaincu, vous le serez en voyant à quel point l’on se fait une montagne de plats pourtant si simple à concocter !

Le plus dur sera peut-être de se réorganiser, de déchiffrer certaines étiquettes de produits lors des courses, de chercher des recettes (tout du moins au début) car l’inspiration manque, d’apprendre à connaître certains produits et comment ils se cuisinent. Mais tout ça peut-être fun si on le prend du bon côté. Quand on aime cuisiner, qu’y a-t-il de mieux que de se lancer des défis ? Et il ne faut pas oublier que l’on est jamais seul, o trouve toujours de l’aide et des conseils fort appréciables au commencement. Il ne faut pas hésiter à poser des questions, à se documenter et à tester.

J’aime à créer des recettes, inventer des combinaisons, chercher mon inspiration pour au final tendre vers un beau et délicieux plat, bien dresser et mettant en valeur les produits sélectionnés. Quand on regarde les photos de bloggeurs vegan que voit-on ? De la couleur, de la vie, une recherche et des créations atypiques. Oui atypiques pour la plupart car la cuisine du végétale est une discipline où bien des découvertes restent à faire, où bien des associations de goûts et de textures ne demandent qu’à être testés.

A mon sens, l’évolution du veganisme passera obligatoirement par la cuisine car les humains sont gourmands et tout passe par l’estomac pour ensuite illuminer le cerveau ! Alors, si révolution il doit y avoir, qu’elle soit verte, délicieuse et sans cruauté !

L’Atelier du Barbu-Cuisine Végétale en Alsace pour L’Atelier Vegan

4 réflexions au sujet de « Philosophies de Vie Véganisme & Cuisine »

  1. Très bel article, cri du cœur, sans jugement. Je partage à 100% tes ressentis. Je suis végane depuis quelques mois seulement et je n’ai jamais été aussi heureuse. Je suis également passionnée de cuisine et chef de mon restaurant. J’ai eu du mal à faire ce choix de vie car je pensais que ma cuisine allait être restreinte, plus monotone… que néni !!! Je n’ai jamais autant créé, je ne me suis jamais autant éclatée en cuisine qu’en préparant des plats végans. Le fait de ne plus utiliser aucun produit animalier pousse vraiment à se dépasser au niveau créativité. Je me suis donc donné pour objectif de faire découvrir à mes clients cette cuisine savoureuse, de faire tomber les nombreux à priori relatifs au véganisme. A chaque client qui se régale sans être végé je me dis qu’une graine est semée et que tout est possible ! Continue de nous régaler sur ton blog dont je suis une très grande fan, j’espère aussi pouvoir te rencontrer peut-être un jour à Strasbourg pour de merveilleux échanges autour du véganisme….

    J'aime

    1. Merci beaucoup Cécile 🙂

      Je suis ravi de lire tes lignes, de voir que des chefs font le pari du veganisme qui est une cuisine passionnante et enrichissante.

      Je serai ravi de te rencontrer et également de pouvoir venir goûter certains de tes plats dans ton restaurant 🙂 !!

      Continue de faire rêver tes clients au travers de tes créations 100% végétales 🙂

      J'aime

  2. Merci pour ce texte qui reflète tout à fait ma philosophie de vie aussi ! Tu n’as pas de mot de trop, et tu mets le doigt sur les vrais problèmes. Alors merci 🙂
    Et merci aussi à vous tous bloggueurs qui permettez en effet d’effacer les préjugés anciens à propos du véganisme qui serait morne et répétitif !
    Les nouvelles générations réagissent beaucoup sur cette question de mode de vie et d’alimentation! On a toutes les cartes en main, plus rien n’est caché aujourd’hui, à nous de changer pour la planète !
    Et puis, allez, quel poids en moins, quand on parvient au véganisme !
    La bise
    Manu

    J'aime

    1. Merci à toi Manu de me lire et de me suivre !

      C’est aussi grâce à vous qui nous suivez que nous, bloggeurs, poussons nos créations et nos recherches.

      Comme je le dis souvent, c’est à nous, consommateurs et citoyens de faire jouer notre pouvoir afin de faire changer les choses et d’ouvrir les débats!

      Une belle soirée à toi !

      Tom

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s